Dans l’objectif d’avoir des données régionales sur l’énergie et le climat comparables et additionnables à un niveau national, le RARE et ses membres ont entrepris un projet de convergence des méthodologies des Observatoires Régionaux de l’Énergie et du Climat (OREC).

Les OREC ont pour mission d’aider les collectivités à disposer de données factuelles facilitant la préparation et la mise en œuvre de leurs stratégies énergie-climat. Toutefois, les OREC n’ont pas forcément les mêmes pratiques ni ne produisent les mêmes données du fait de leurs différents périmètres d’actions, mais aussi des moyens qui leur sont alloués.

Or, l’Etat a besoin de suivre au plus près les avancées du pays en termes d’atteinte des objectifs climatiques et bas carbone. Un nouvel enjeu se dévoile alors pour les OREC : être en mesure de faire converger leurs productions afin de fournir des données « régulières, comparables et additionnables » pour tous les territoires, et permettre ainsi de contribuer à l’articulation des objectifs des politiques publiques au différents niveaux territoriaux.

Pour répondre à ces enjeux, le RARE a lancé en 2020, avec ses partenaires et ses membres, un programme de travail visant à déployer une dynamique partagée et collaborative de consolidation de l’assise méthodologique des observatoires régionaux afin qu’ils soient en mesure de répondre efficacement aux enjeux de pilotage de la transition énergétique sur la question de la donnée (PCAET, SRADDET ou équivalent, BEGES, Citergie, TEPOS, Label Économie circulaire…), en étant en mesure de produire des données fiables, comparables et additionnables pour les régions et les collectivités.

Fin janvier 2022, le RARE initie les premiers ateliers de concertation pour la convergence méthodologique des OREC. Notre objectif ? Produire d’ici juillet 2022 un référentiel des méthodes partagées des OREC.

Pour se faire, nous avons réuni nos partenaires nationaux experts de la donnée et les observatoires régionaux Energie Climat afin d’échanger sur la manière de faire converger les méthodes utilisées et les évolutions à apporter à celles-ci, à terme, pour renforcer la robustesse et la pertinence des travaux d’observation au bénéficie de la planification territoriale.